"La formation à mon rythme m’a permis de réaliser ce rêve et de recevoir un enseignement de qualité qui fait la différence sur le terrain"

Par justine, 02/12/2019
Korotimi reprenant la liste des produits livrés par le chauffeur

Korotimi a suivi la formation à son rythme de Responsable Logistique humanitaire au Centre de Formation Bioforce Europe. Actuellement en mission pour valider son diplôme, elle répond à nos questions.

 

Comment s’est faite votre rencontre avec le monde humanitaire?

"Je faisais déjà de l’humanitaire sans le savoir, en étant présidente d’une association de femmes qui récoltait des dons pour les mendiants, collecte d’habits, d’argent, etc. Après mon DUT en Gestion Logistique et Transport, ALIMA et son partenaire l'Alliance médicale contre le paludisme (AMCP) m'ont fait confiance alors que je n'avais aucune expérience professionnelle, ni en logistique, ni en humanitaire. J'ai donc été assistante logistique au Mali dans un hôpital où je m’occupais de l’achat et de l’approvisionnement, tout en poursuivant par correspondance mes études en Master 2 Logistique et Management des opérations. Depuis, j’ai travaillé dans différentes ONG internationales (Action contre la faim - EspagneSolidarités International...) dans l’urgence, la réhabilitation et le développement." 

Pourquoi avez-vous choisi une formation à votre rythme à Bioforce et comment s’est-elle passée?

"L’une de mes connaissances, elle-même Responsable Logistique humanitaire, m’a parlé de la formation Bioforce. Mon employeur savait que je voulais la suivre, mais n'était pas en mesure de la financer. Parce que je travaillais, et que le temps de formation en continu de 6 mois est trop long et trop contraignant pour ma vie professionnelle, j’ai opté pour le parcours à mon rythme, en prenant des congés sans solde à deux reprises. Ce choix m'a aussi permis de le financer plus facilement. En 2017-2018, j’ai donc suivi la formation d’un mois sur les compétences essentielles du métier de Responsable Logistique, et en 2018-2019, j’ai suivi les deux autres modules : Enjeux et contexte des interventions humanitaires et Essentiels du management d'un projet humanitaire. C’était un rêve pour moi d’être formée par Bioforce, et la formation à mon rythme m’a permis de réaliser ce rêve et de recevoir un enseignement de qualité qui fait la différence sur le terrain."

Où en êtes-vous aujourd’hui?

"Depuis janvier 2019, je suis Coordinatrice Logistique au sein de l’ONG Terre des Hommes Lausanne, dont les domaines d’intervention sont notamment la protection de l’enfance, la malnutrition, la santé, et le WASH. Ma formation Bioforce a clairement fait la différence pour obtenir ce poste, jusque-là toujours occupé par un expatrié. Au Mali, nous avons 5 grandes bases (Ségou, Massina, Niono, Tombouctou, et Gao) dans lesquelles je suis amenée à me déplacer, dans un contexte sécuritaire instable. Je coordonne toutes les activités logistiques, la planification et la stratégie budgétaire, et le recrutement et management de mon équipe. Je suis également responsable des procédures de gestion de stocks, de la gestion d’équipement, de la gestion des parcs véhicules et informatique. Je travaille aussi en collaboration avec le pôle sécurité."

Quelles sont les difficultés que vous rencontrez le plus dans votre métier?

"Aujourd’hui, il n’y a pas assez de femmes dans le domaine de la logistique, surtout à des postes de coordinateur/trice logistique, un métier à responsabilités. C’est un métier difficile, surtout qu’au Mali, il n’y a pas beaucoup de coordinatrices logistiques, femmes, Africaines en plus, et staff national ! En plus, j’ai moins de 30 ans et je dois gérer des équipes masculines - des chauffeurs ou des gardiens qui sont plus âgés, voire qui partent à la retraite etc. Donc cela peut être décourageant pour les femmes. Mais il y a aussi des avantages : je sens que la gestion et l’organisation du service est meilleure avec des femmes, je sens que je suis plus à l’écoute des besoins de mon équipe."

Enfin, quels sont vos projets pour plus tard?

"Par la suite, mon objectif est d’évoluer dans le monde humanitaire, surtout la logistique. Comme on y retrouve si peu de femmes, je tiens à encourager les étudiantes à se lancer car la logistique est le coeur d’une organisation. J’aimerais, pourquoi pas, devenir un jour référente logistique au siège d'une organisation humanitaire, donc appuyer ou former des logisticiens, et bien sûr suivre la formation Bioforce « Formation de Formateurs pour l'action humanitaire »."

Tags: